le résumé

Le cholestérol est un corps gras fabriqué naturellement par notre organisme, indispensable à une bonne santé. Entre autres, il joue un rôle dans la synthèse de la testostérone et de l’œstrogène et la fabrication des tissus. Le problème, c’est quand il y en a trop. Il faut viser un équilibre entre le « bon » cholestérol (HDL), et le « mauvais » cholestérol (LDL), à défaut de quoi on s’expose à une augmentation de son risque d’événements cardiovasculaires, trop souvent associés à la mortalité.

les détails

Le cholestérol provient de deux sources : le foie fabrique 80 % du cholestérol présent dans notre corps ; le reste provient de notre régime alimentaire. Dans la circulation sanguine, le cholestérol doit être transporté par une substance nommée lipoprotéine. On distingue deux catégories de lipoprotéines associées au bon et au mauvais cholestérol, soit :

  • les lipoprotéines de faible densité (LDL provenant de low-density lipoprotein), le « mauvais » cholestérol;
  • les lipoprotéines de haute densité (HDL provenant de high-density lipoprotein), le « bon » cholestérol.

Le mauvais cholestérol

Les LDL prennent le cholestérol du foie et le transportent dans l’organisme. Un excès de cholestérol LDL peut être nuisible, car il a tendance à se déposer sur les parois des artères et à former des plaques nocives qui, en grandissant, peuvent entraîner l’obstruction de la circulation sanguine. Lorsque l’obstruction survient dans une artère irriguant le cœur, on parle d’un infarctus ou d’une crise cardiaque. Si l’obstruction se produit dans une artère du cerveau, il s’agit plutôt d’un accident vasculaire cérébral (AVC). En diminuant le cholestérol sanguin, on peut ainsi prévenir certaines maladies cardiovasculaires.

Le bon cholestérol

Les HDL sont appelées « bon cholestérol », car elles enlèvent le cholestérol LDL des artères et des tissus et elles les transportent jusqu’au foie, où elles peuvent se décomposer. Un taux élevé de HDL est préférable, car il indique que les surplus de cholestérol sont ramenés au foie, puis éliminés. Ainsi s’explique le fait que l’on doive assurer un équilibre entre les deux cholestérols.

L’importance de surveiller son taux de cholestérol de près et d’agir

Il est donc très important de faire un suivi de son niveau de cholestérol, et de corriger la situation dans le cas où on obtient des résultats insatisfaisants.

Tout passe par de saines habitudes de vie

Votre taux de bon cholestérol est normal, mais votre taux de mauvais cholestérol est trop haut ? Vous pouvez réduire votre taux de « mauvais cholestérol » quand il est élevé, tout en évitant de diminuer le « bon cholestérol ». Pour y parvenir, il vous faudra peut-être modifier vos habitudes alimentaires. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, ce n’est pas principalement le cholestérol contenu dans les aliments qui fait augmenter le cholestérol dans le sang, mais plutôt une alimentation trop riche en gras trans ou en gras saturés. À noter que le fait de cesser de fumer et l’activité physique régulière ont aussi des impacts favorables sur le bilan lipidique.

Gérer les gras

Il nous faut limiter les gras trans et les gras saturés qualifiés de « mauvais » gras. Les gras trans sont des gras que l’on retrouve dans les produits transformés par l’industrie qui contiennent des huiles partiellement hydrogénées ou du shortening d’huile végétale (produits de boulangerie gras, fritures, grignotines, etc.). En plus de diminuer les HDL, ils peuvent réduire la taille des LDL et ainsi les rendre plus denses. Les gras saturés se retrouvent surtout dans les produits d’origine animale comme les produits laitiers gras et les viandes grasses. Les abats, les jaunes d’œufs, les crevettes et les calmars sont d’autres sources importantes de cholestérol. Ils font également augmenter les taux de LDL.

Miser sur des choix gagnants

Mieux vaut privilégier les gras insaturés (monoinsaturés et polyinsaturés), qualifiés de « bons » gras, qui permettent un meilleur contrôle du niveau de cholestérol dans le sang, consommer des aliments riches en fibres, et boire de l’eau régulièrement. Sans cesser de manger nos aliments préférés, on peut en manger moins souvent — s’ils contiennent plus de « mauvais gras », ou les remplacer par des choix plus sains. Une alimentation variée qui met l’accent sur les fruits et les légumes, les produits céréaliers à grains entiers, les produits laitiers moins gras, les viandes maigres, les volailles et surtout leurs substituts comme les poissons, les légumineuses, le tofu, les noix et les graines, est reconnue comme étant une alimentation très efficace pour améliorer les niveaux de cholestérol. La diète méditerranéenne, prônée par l’Institut de cardiologie de Montréal, adopte une approche globale basée sur les bons choix d’aliments, le plaisir de manger et la variété, et est réputée bénéfique pour la santé du cœur.

le conseil du pharmacien

L’équilibre du niveau de cholestérol est d’une importance vitale pour diminuer le risque d’une crise cardiaque ou un accident cardiovasculaire (AVC).

Votre pharmacien est en tout temps à votre disposition pour répondre à vos questions. N’hésitez pas à le consulter !

Bitnami