Crédit photo : Robina Weermeijer

Anatomie : les poumons en chiffres

• Poids : le poumon droit pèse environ 650 grammes, et le gauche, environ 550 grammes.
• Diamètre : environ 15 cm •  Hauteur : environ 26 cm
• Surface : les deux poumons d’un adulte, si entièrement déployés, ont une surface totale avoisinant la grandeur d’un terrain de volley-ball
• La longueur des capillaires pulmonaires qui parcourent les poumons est d’environ 2400 km — à peu près la distance entre Montréal et Orlando
• Capacité pulmonaire : le volume d’air par respiration est d’environ 1/2 litre ; 2 litres pour une respiration profonde ; de 3 à 4 litres en cas d’effort.
• Autour de 12 000 litres d’air par jour sont inspirés et expirés par les poumons

Physiologie : les poumons, le lieu de la respiration

Les poumons sont des organes souples, spongieux et extensibles qui se trouvent dans la cavité thoracique, enveloppés par la plèvre, au-dessus du diaphragme, séparés par le cœur et les autres organes du médiastin. Ils servent à inspirer l’oxygène présent dans l’air, puis à le dissoudre dans le sang. L’oxygène est nécessaire au fonctionnement de toutes les cellules du corps humain. Ils servent également à évacuer dans l’air le gaz carbonique (CO2) généré par la respiration, soit le principal déchet des cellules humaines.

L’air qui entre dans notre corps par le nez ou la bouche se rend jusqu’aux poumons en passant par les voies respiratoires : d’abord par la trachée, les bronches, les bronchioles et enfin les alvéoles pulmonaires, l’endroit où se produisent les échanges de gaz. La cadence de la respiration est dictée par le cerveau, qui mesure la concentration d’oxygène dans l’air inspiré, puis règle la fréquence respiratoire pour adapter le rythme selon les besoins.

Recherche : les poumons seraient capables de s’autoréparer

Une récente étude du Cancer Research UK a révélé que les poumons de fumeurs seraient capables de s’autoréparer lorsque la personne cesse de fumer. Certaines cellules des poumons seraient en mesure de se protéger contre les effets néfastes de la cigarette. Lors de l’arrêt du tabagisme, ces cellules se reproduisent puis lancent des travaux de réparation des voies respiratoires. Ainsi, jusqu’à 40 % des cellules pulmonaires des ex-fumeurs redeviendraient en aussi bonne santé que celles des non-fumeurs.

Parmi les participants à cette étude, les chercheurs ont pu constater que quelques années seulement après avoir quitté la cigarette, les voies respiratoires de très grands fumeurs (1 paquet par jour pendant 40 ans) ne montraient plus aucune trace des dommages du tabac.

Santé : on peut entraîner ses poumons… à mieux respirer !

Des chercheurs ont démontré qu’un simple exercice de respiration peut réduire l’hypertension artérielle en quelques minutes. Cet entraînement de la force musculaire inspiratoire (IMST), pratiqué régulièrement, peut faire baisser la tension de manière significative.

La cohérence cardiaque est une technique personnelle de gestion du stress qui aurait d’énormes bienfaits sur la santé physique, mentale et émotionnelle. Il s’agit d’apprendre à contrôler sa respiration afin de réguler son stress et son anxiété. Cette technique simple permettrait aussi de réduire la dépression et la tension artérielle.

Ce serait « le secret le mieux gardé en ville » : muscler nos poumons contribue à améliorer nos performances en sports d’endurance. Pratiquer des exercices pour renforcer les muscles respiratoires, ou plus précisément, les muscles inspiratoires, donnerait des résultats qui se remarquent après quelques jours.

Close Bitnami banner
Bitnami