Psychotropes et VIH

Psychotropes et VIH

Une étude récente a démontré que les personnes séropositives consomment davantage de médicaments psychotropes que les personnes séronégatives, dans une proportion respective de 55 % et de 30 %. Que vous soyez atteint ou non du VIH, l’usage de psychotropes ne doit jamais être pris à la légère. Connus pour provoquer des interactions médicamenteuses en cas de combinaison avec d’autres molécules, notamment avec les antirétroviraux, nous savons aussi qu’ils forment un très mauvais ménage avec les drogues récréatives.

Bitnami