le résumé

350 millions : c’est le nombre de personnes qui seraient infectées d’une hépatite chronique (B ou C) dans le monde, selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Le 28 juillet de chaque année, la Journée mondiale contre l’hépatite est l’occasion pour l’OMS et ses partenaires d’amener les autorités en matière de santé et la population à agir pour la prévention des hépatites. En 2016, cette invitation est teintée d’urgence.

les détails

Une étude récente révèle que les hépatites virales sont désormais aussi fatales que le sida ou la tuberculose, dans le monde.

La Journée mondiale contre l’hépatite revêt cette année une importance toute particulière puisqu’elle marque le lancement par l’OMS de la première Stratégie mondiale du secteur de la santé contre l’hépatite virale, 2016-2021, sous le thème « Connaître l’hépatite, agir maintenant ». 

La lutte contre l’hépatite virale devient une priorité en matière de santé publique.

Les cibles

La Stratégie mondiale, soulignant la nécessité d’intensifier et d’élargir l’action mondiale contre l’hépatite, vise à réduire les nouveaux cas d’hépatite B et C de 30 % et les décès de 10 % d’ici 2020, et de porter ces pourcentages à respectivement 90 % et 65 % d’ici 2030. Comment ? Notamment par le biais de programmes de vaccination, de prévention, d’amélioration des conditions de sécurité des injections, transfusions et procédures chirurgicales, et en rendant le dépistage plus accessible. 

« Connaître l’hépatite…

À travers le monde, une personne sur 12 serait infectée par une hépatite virale, et aussi peu que 5 % d’entre elles sauraient qu’elles en sont atteinte. Au Canada, environ 600 000 personnes seraient affectées par une hépatite, dont 40 à 50 % ne seraient pas conscientes de leur état.

Comment cela est-il possible ? L’une des raisons réside en l’absence de symptômes de l’une des formes de la maladie, soit l’hépatite C, dont l’évolution peut être très lente, sans symptôme, et qui peut se manifester que lorsque le foie est déjà gravement atteint. On parle souvent « d’épidémie silencieuse », contre laquelle il n’existe aucun vaccin — contrairement aux hépatites A et B, contre lesquelles la vaccination demeure la meilleure protection.

Aujourd’hui, avec les nouveaux traitements, le taux de guérison de l’hépatite C, lorsque dépistée, est de plus de 90 %. Un nouveau médicamentrécemment approuvé par Santé Canada, pourrait même éradiquer toutes les souches de l’hépatite C, et accélérer l’accès au traitement.

Les traitements contre l’hépatite B aiguë n’enrayent pas l’infection, mais ralentissent sa progression et réduisent considérablement les risques de complications ou d’affections graves au foie, comme la cirrhose ou le cancer.

… et agir maintenant ! »

Comment ? En se faisant dépister. L’inaccessibilité du dépistage explique également en partie le fait que tant de porteurs ignorent leur état. Les tests sanguins étant la seule façon d’établir un diagnostic, le dépistage peut s’avérer complexe en fonction des installations de santé des différents pays. L’OMS entend d’ailleurs émettre des lignes directrices qui feront la promotion de stratégies de dépistage plus accessibles. 

Plus proche de nous, selon la Fondation canadienne du foie, les personnes nées entre 1945 et 1975 seraient les plus susceptibles d’être porteuses du virus de l’hépatite C, mais plus de 80 % d’entre elles ne connaîtraient pas ce risque plus élevé en raison de leur groupe d’âge, et seulement un quart d’entre elles auraient fait un test de dépistage.

Connaissez-vous votre état ?

Le thème de La Journée mondiale contre l’hépatite au Canada est
« Connaissez-vous votre état ? Faites-vous dépister — Informez-vous sur vos options ».

Voici la liste des personnes qui devraient impérativement — et systématiquement — se faire dépister :

  • Les personnes nées entre 1945 et 1975 ;
  • Les personnes qui ont consommé ou qui consomment des drogues par injection ;
  • Les personnes qui ont reçu des transfusions sanguines et produits sanguins en l’absence d’un dépistage du sang (les dons de sang sont testés depuis 1990 dans la plupart des pays développés) ;
  • Les personnes dont les partenaires sexuels sont infectés par le VHC ou le VHB ;
  • Les personnes qui ont consommé ou qui consomment des drogues par voie intranasale ;
  • Les personnes atteintes du VIH ;
  • Les personnes qui ont des tatouages ou des piercings ;
  • Les enfants nés de mères infectées par le VHC ou le VHB.
les conseils du pharmacien

Mieux connaître les modes de transmission des hépatites permet une meilleure prévention de celles-ci, le meilleur moyen de se protéger contre les hépatites.

Hépatite A 

  • Évitez les contacts sexuels oro-anaux ; 
  • Dans les régions endémiques (là où l’infection est très présente) et où les conditions d’hygiène sont mauvaises, évitez de consommer l’eau du robinet, les glaçons, salades, fruits sans pelure, fruits de mer insuffisamment cuits, ou aliments vendus sur la rue ;
  • Un vaccin existe contre l’hépatite A, seul ou en combinaison avec un vaccin contre l’hépatite B.

Hépatites B et C :

  • Ayez des relations sexuelles protégées ;
  • Ne partagez pas des aiguilles ou du matériel associé à la consommation de drogue (pailles, billets) ;
  • Évitez de partager les objets d’hygiène personnelle (brosse à dents, rasoir, lime à ongles, etc.) ;
  • Dans les cas de tatouage ou de piercing, assurez-vous de la stérilisation adéquate des instruments et équipements ;
  • Un vaccin existe contre l’hépatite B, seul ou en combinaison avec un vaccin contre l’hépatite A.

Les tests de dépistage pour l’hépatite B et C sont différents, et ne sont pas inclus d’emblée dans un examen de routine ou bilan annuel ; n’hésitez pas à les demander à votre médecin.

De même si vous n’avez jamais été dépisté pour l’hépatite C, et que vous êtes né entre 1945 et 1970. Plus 75 % des adultes infectés font partie de la population des baby-boomers.

VHB/VHC et VIH : 

L’inflammation causée par une hépatite peut limiter les choix de traitements antirétroviraux et en augmenter les effets indésirables. Il est donc recommandé aux personnes vivant avec le VIH de passer des tests de dépistage régulièrement.

liens utiles

Testez vos connaissances en matière d’hépatite
Quizz préparé par l’OMS

Vivre avec la co-infection VIH/hépatite C
Catie

Hépatites A, B, C, D, E,
Clinique médicale l’Actuel

Bitnami