le résumé

L’époque (pas si lointaine) où la légende urbaine disait qu’une personne ayant contracté le virus de l’herpès ne pouvait vivre une vie pleine et entière est fort heureusement révolue. On le sait maintenant : oui, l’herpès est incurable, mais il est facilement maîtrisable et les personnes qui en sont atteintes peuvent vivre tout à fait normalement. Néanmoins, le simple mot « herpès » suscite souvent la crainte, voire la panique. Pourtant, cette infection continue de se ranger parmi les ITSS les plus courantes.

Le virus de l’herpès, sous sa forme génitale, est présent chez 60 à 90 % des personnes séropositives, et ses manifestations peuvent être plus sévères chez celles-ci.

les détails

Il existe deux types d’herpès simplex : celui qui se manifeste le plus souvent par un « feu sauvage » près de la bouche et celui qui cause des lésions aux organes génitaux. Le premier, l’herpès de type 1 (herpès buccal ou labial), affecte 67 % de la population mondiale de moins de 50 ans, et le second, l’herpès de type 2 (herpès génital), affecte quant à lui environ 11 % de la population du même âge.

L’herpès de type 1, majoritairement labial ou buccal, se transmet principalement par contact avec les lésions ou les muqueuses d’une personne infectée, au moment d’une poussée ou crise, et peut se transmettre aux régions génitales par des contacts orobuccaux. Bien que plus rare, la transmission sans lésions apparentes chez la personne infectée est possible, surtout dans les 1-2 jours précédant la poussée. 

L’herpès de type 2, première cause de l’herpès génital, se transmet lors de relations sexuelles, par contact avec les lésions d’une personne infectée, et peut se transmettre en l’absence de symptômes (les lésions).

Pour en savoir plus sur les symptômes et les modes de transmission de l’herpès de type 1 et 2, vous pouvez vous rendre ici et ici

Herpès génital et VIH : une influence mutuelle

Lors d’une infection (comme les lésions herpétiques), le corps, pour se défendre, envoie des cellules immunitaires dans les zones touchées (comme les régions génitales). Le VIH s’attaque spécifiquement aux CD4, qui sont des cellules immunitaires.

Donc, les lésions symptomatiques des crises ou poussées d’herpès, où affluent ces cellules immunitaires, agissent comme des portes d’entrée et de sortie pour le VIH.

Les personnes porteuses du HSV-2 (Herpes Simplex Virus – type 2) sont ainsi plus exposées au risque de contracter le VIH, en fonction de la fréquence et de la gravité des lésions.

Augmentation de la vitesse de réplication des cellules infectées par le VIH

Lorsque les cellules infectées par le VIH d’une personne séropositive entrent en contact avec les protéines du HSV-2, il se produit une accélération de la vitesse de réplication de ces cellules. On constate alors une augmentation de la charge virale dans les cellules aux zones génitales affectées par l’herpès.

Le risque de transmission du VIH par les personnes qui sont porteuses à la fois du VIH et du HSV-2 est ainsi plus élevé, même sans présence de symptômes d’herpès (lésions).

Symptômes plus sévères de l’herpès

Les symptômes du HSV-2 sont par ailleurs plus sévères chez les personnes vivant avec le VIH, puisqu’ils sont « immunodéprimés » — dont les réactions immunitaires sont amoindries. 

les conseils du pharmacien

Si vous présentez les symptômes du HSV-2, ou si vous croyez avoir une lésion anormale au niveau génital, il est important de vous abstenir de tous rapports sexuels, tant et aussi longtemps que ces symptômes persistent. En l’absence de lésions, le condom demeure le meilleur moyen de réduire le risque d’infection, en sachant toutefois que le risque de transmission subsiste, même en l’absence de symptômes.

Si vous souhaitez obtenir des informations sur le virus de l’herpès, n’hésitez pas à en parler à votre pharmacien. Certains traitements existent, qui visent à diminuer la durée et l’intensité des poussées ou à éviter les récidives si elles sont très fréquentes, rendant ainsi la vie (et l’intimité) beaucoup plus agréable.  

Sources :
Le virus de l’herpès — Organisation mondiale de la santé
Herpès — Portail VIH/sida du Québec (PVSQ)

liens utiles

Lignes directrices — Infections génitales au virus Herpes simplex (VHS)
Agence de la santé publique du Canada

Groupe d’entraide et de soutien herpès génital de Montréal

L’herpès génital
Clinique l’Actuel

Bitnami