le résumé

Léonard de Vinci, Winston Churchill, John F. Kennedy, Napoléon et Albert Einstein avaient ceci en commun : ils faisaient la sieste en après-midi. Ils avaient sans doute compris — bien avant que les chercheurs ne l’avancent — les bienfaits de la sieste.

les détails

La majorité des espèces de mammifères sont des « dormeurs polyphasiques », c’est-à-dire qu’ils dorment pendant plusieurs courtes périodes de la journée. Les humains font partie de la minorité des « dormeurs monophasiques » : notre journée se divise en deux périodes, l’une pour le sommeil, l’autre pour l’éveil.

Certains d’entre nous n’ont d’autre choix que d’adopter un sommeil polyphasique, les navigateurs, par exemple. Mais ils sont généralement épuisés à la fin de leur voyage. Si certains suggèrent qu’il n’a pas été démontré que le sommeil monophasique représente la structure naturelle du sommeil chez les humains, d’autres sont catégoriques : le sommeil doit être consécutif et tous les stades du sommeil doivent être présents. C’est l’opinion du Dr Roger Godbout, directeur du Laboratoire et de la Clinique du sommeil de l’Hôpital en santé mentale Rivière-des-Prairies, qui précise que le sommeil doit survenir la nuit, « puisque le sommeil de jour n’est pas aussi bon, pas aussi efficace, ne remplit pas aussi bien ses fonctions ».

Qu’en est-il des siestes ?

On a longtemps cru que les siestes pouvaient nuire au sommeil nocturne. Le vent a tourné, elles ne sont plus considérées comme étant le fait des paresseux. Nombreuses sont les grandes entreprises qui font maintenant la promotion de cette pratique auprès de leur personnel. À titre d’exemple, citons les patrons de Silicon Valley qui ainsi visent à favoriser la productivité et la créativité de leurs employés.

Depuis plus de dix ans, nombre d’études ont scientifiquement confirmé les avantages de la sieste, notamment une étude publiée en 2015 dans le Journal of Clinical Endocrinology & Metabolism, selon laquelle une sieste — même si elle est de courte durée — a un effet bénéfique sur le niveau de stress et sur le système immunitaire.

Les bienfaits de la sieste sont nombreux

— Elle permet de compenser pour le sommeil insuffisant ou de mauvaise qualité. Or, selon des chercheurs de l’Université Laval, 40 % des Canadiens éprouvent des troubles de sommeil. Nous sommes donc nombreux à pouvoir bénéficier de cette pratique.

Selon une étude britannique, la sieste (beaucoup plus que le café ou qu’un plus grand nombre d’heures de sommeil) est la meilleure façon de combattre ce célèbre « coup de barre » (une fatigue soudaine et une baisse de la vigilance) que nous sommes si nombreux à ressentir en après-midi, et qui serait programmé dans le cycle circadien.

— D’autres chercheurs vont jusqu’à dire que la sieste est un besoin inné chez les mammifères, et donc aussi chez l’homme. Cette somnolence est ressentie au milieu de l’après-midi autant chez ceux qui ont une dette de sommeil que chez ceux qui ont suffisamment dormi.

Certaines études concluent aujourd’hui que le sommeil diurne est plutôt complémentaire au sommeil nocturne, car il permet de compenser la détérioration normale de la qualité de notre sommeil qui peut être liée par exemple à l’âge.

— Un lien a été établi entre la sieste et l’amélioration des compétences psychomotrices et cognitives. Les adeptes de la sieste auraient, en après-midi, une meilleure mémoire, apprendraient mieux et seraient plus dynamiques et créatifs que ceux et celles qui s’en privent.

Les microsiestes (« siestes éclair » ou power naps)

Les siestes de dix minutes seraient les plus efficaces, pour améliorer nos capacités cognitives, nous redonner de la vigueur, contrer la fatigue et accroître notre vigilance. De plus, elles ne génèrent pas de « somnolence post-éveil », cet état d’inertie désagréable et très contre-productif qui peut suivre une longue sieste.

Astuces pour bien faire la sieste
Durée : entre 10 et 30 minutes, au maximum
Où ? Dans un endroit sombre, silencieux, où il fait frais
Quand ? Faire une sieste trop tard dans la journée pourrait perturber votre rythme de sommeil, en compromettant votre capacité à vous endormir de nouveau. Mieux vaut planifier l’heure de la sieste, plutôt que d’attendre d’être trop fatigué.

Et surtout… ne vous sentez pas coupable !

les conseils du pharmacien

La sieste est une excellente pratique à intégrer dans notre quotidien.

À noter, cependant : la somnolence récurrente pendant la journée, ou le fait de souvent ressentir un besoin de dormir, pourrait également être le signe d’un problème de santé. N’hésitez pas à en parler à votre pharmacien ou à un professionnel de la santé.

Bitnami